Affirmation de soi, confiance, me libérer : Pourquoi j'ai décidé de faire une analyse

J’ai décidé d’être apaisée, de mieux me comprendre, me libérer, guérir de mes blessures, trouver ma propre identité, évoluer, ne plus être influençable, me libérer d’un passé trop lourd, prendre de la distance envers le regard de l’autre, ne plus avoir peur d’être moi, bref, me retrouver enfin.

Comment je suis arrivée à me libérer et me guérir de mes blessures, à ne plus avoir peur d’être moi.

” Me libérer d’un passé trop lourd, me guérir de mes blessures, m’accepter dans le miroir des autres, semblait tellement impossible que même lorsqu’une  qu’une amie me conseilla chaleureusement de prendre rendez-vous avec Frédéric Duplessy pour envisager une psychanalyse, il me fallut presque un an pour me décider à sauter le pas. Et j’aurais dû le faire plus tôt !

Je désirais pourtant être apaisée, me retrouver, mieux me comprendre et évoluer. Il s’agissait pour moi de trouver ma propre identité et de ne plus être influençable, du moins comme je l’étais, ainsi que de prendre de la distance envers le regard des autres. Ne plus me conformer à ce que l’on attendait de moi, qui ne me convenait pas.

Malgré mes appréhensions, j’ai finalement décidé de prendre rendez-vous pour un entretien préalable.

J’y ai trouvé une écoute, une bienveillance et une absence de jugement apaisantes. Il m’était proposé une démarche et un dispositif qui demandaient de la persévérance pour réaliser un travail en profondeur, en toute confidentialité. J’avais tout le temps d’y réfléchir, d’en envisager les modalités, et de me décider.

J’ai 30 ans, un master en marketing : je réussis bien dans mon métier, j’ai des amis, j’adore m’amuser et je suis plutôt structurée et affirmée en public.

Pourtant, tout cela ne “vibrait” pas en moi, un décalage existait.

Ce fut le début d’un vrai travail sur moi, par moi-même, basée sur ma propre parole, devenant analysante d’une part, et d’autre part un accompagnement et une aide personnalisée, l’écoute flottante de l’analyste.

C’est ainsi que tout a démarré et je désire maintenant ici partager mon ressenti pendant la cure.

La cure offre un processus très complet de part sa « profondeur ».

Inconsciemment, la thérapie menée amène le patient à aller chercher petit à petit au fond de lui-même des situations, des mots, des souvenirs, des images etc. qui sont ancrés en lui. Le fait de poser des mots sur cet ensemble permet progressivement de débloquer des rouages bien souvent installés en nous depuis l’enfance.

La thérapie permet de mettre des mots sur des « traumatismes » mais aussi sur des pensées qui nous ont été inculquées et dans lesquelles nous ne nous retrouvons plus aujourd’hui.

Le processus utilisé est très simple à la base : il s’agit de la libre association d’idées et de pensées, parlées, sans rien en retrancher de ce qui nous vient à l’esprit, même les mots ou images incidentes qui pourraient ne rien à voir avec les éléments exposés.

La thérapie permet de défaire chaque maillon de la chaîne de notre vie, de se placer ainsi en tant qu’acteur de sa vie et non plus en tant que spectateur quelque peu désemparé. Elle permet donc également de mieux se connaitre et de mieux comprendre notre fonctionnement, nos évolutions. Durant la thérapie, on se retrouve à raconter son moi intérieur et ce qu’il a vécu au cours de sa vie même si très souvent nous venons en thérapie pour une situation concrète en particulier.

Un climat de confiance s’est rapidement instauré au cours de la cure, car beaucoup d’humanisme, de bienveillance et d’écoute se fait ressentir. Durant cette année écoulée, de nombreux rouages bien ancrés se sont petits à petits dissous et me permettent d’être aujourd’hui  plus apaisée et de mieux me comprendre.

Et surtout, de me retrouver sans pour autant avoir changé ma vie.

Même si des changements ont eu lieu, ils ont été fait de manière entièrement conscientisée.

Ce qui est intéressant au cours de cette cure c’est qu’elle est menée par le patient lui-même.

Frédéric Duplessy au cours des séances arrive à pointer des éléments qui permettent au patient de prendre de la hauteur et devenir à son tour analysant. L’absence de jugement (ou de conseils ou préconisations qui pourraient avoir une influence) permet au patient de se réaliser en tant que tel et surtout de définir ses propres valeurs et convictions sans l’influence d’une personne extérieure.

C’est en quelque sorte partir à la découverte de soi et en découvrir les trésors enfouis.

Tout est changé, et pourtant rien n’a changé.

Je me sens de plus en plus libérée, de plus en plus confiante, apaisée et capable de faire face à des situations qui me bloquaient totalement voici un an. Un an, cela peut paraître long, mais je reviens de loin, d’une longue histoire faite de traumatismes, de peurs, de renoncements que l’on n’aurait jamais dû m’imposer, et que j’avais fini par moi-même m’imposer inconsciemment sous forme de contraintes et d’injonctions qui n’auraient jamais dû s’installer en moi.

Si j’en parle ici, c’est que ce processus est difficile à expliquer, il est intimement lié à l’histoire de chacun, mais il permet cela.”

E. P. Avril 2020

D’autres témoignages sont disponibles ici si vous désirez vous faire une idée plus précise ou trouver un cas plus proche de vos préoccupations.

Si vous désirez bénéficier d’un entretien préalable, c’est gratuit.
Cela permet de prendre le temps de s’informer, de comprendre, et de voir si cette démarche est véritablement faite pour vous.

La distance n’est pas un frein : selon un dispositif précis et efficace, il est possible de consulter à distance au téléphone, ou via WhatsApp, Skype, FaceTime, Hangouts, etc.

Pour prendre rendez-vous, il suffit d’appeler au 06 88 45 00 22 ou 24h/24 – 7 jours/7 sur Doctolib en cliquant sur ce lien.

 

——

Choisir son psy permet de s’engager dans une cure analytique.

Faire une psychanalyse sur le divan permet de revoir ses problématiques relationnelles, infantiles, sa culpabilité, ses pulsions, ses répétitions, son mal-être, ses névroses, son deuil, ses empathies compulsives : tout symptôme d’une souffrance psychique qui peut altérer la santé mentale.

Pour le psychanalyste Lacanien, l’inconscient est structuré comme un langage, ce qui lui permet d’être à l’écoute des signifiants, dans les répétitions, le discours, la parole, ou l’interprétation des rêves.

——

 

Psychanalyste Haute –Vienne 87 à Limoges, psychanalyste Corrèze 19 à Brive la Gaillarde, psychanalyste Charente 16 à Angoulême, psychanalyste Gironde 33 à Bordeaux et Bègles. Psychanalyste en téléconsultation à Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, Tunis, Alicante, Barcelone, Porto, New-York. Psychanalyste WhatsApp, psychanalyste skype, psychanalyste FaceTime.