Chef d’entreprise, entrepreneur, dirigeant, vous avez l’habitude d’être parfois sur ce fil du rasoir malgré vos prévisions : c’est le propre de votre métier.

Mais cette fois ci vous ne savez pas…

Il existe un doute raisonnable, voire des arguments tangibles avancés par vos conseillers habituels.

Et vous ne voulez pas mettre le doigt dans l’engrenage…

Impossible à partager, impossible de se confier.

Mais cette fois ci c’est sensible…

Pas de cerveau collectif disponible pour prendre du recul stratégique…

Pourtant vous avez déjà connu cela, et c’est passé.

Comme à chaque fois…

Mais cette fois-ci, cela peut être réellement sérieux.

Vous ne savez pas, le doute est donc bien raisonnable :

qu’est-ce qui vous empêche de ?…

pourquoi ne pas ?…

trop dangereux ?…

trop avancé ?…

trop tard ?…

comment savoir ?…

pourquoi se tourner vers un spécialiste sans risquer de dévoiler une situation qui, si elle est peut-être trop fragile, ne l’est peut-être pas encore ?…

Alors, que faire ?

Comment y voir clair ?

Comment ne pas s’embrouiller soi-même, ou se voiler la face ?

Comment faire face aux peurs et au stress pour dégager l’essentiel, le fil tangible, le point d’équilibre réel qui permet de ne pas sombrer, ne pas s’aveugler, ne pas espérer inutilement sur des solutions hypothétiques, voire même accélérer ou annihiler la situation d’un geste lu d’un mot de trop ?…

Il existe un outil et une méthodologie, qui peuvent paraître surprenants et incongrus pour tout chef d’entreprise qui tient à ses prérogatives, son indépendance, sa liberté et son propre déterminisme.

En effet, adopter et mettre en œuvre ce dispositif permet de rester indépendant, seul maître à bord, et de voir clair, loin et profondément, d’avoir une vision plus large et plus nette sur soi-même et sur toute situation, déjà vécue mais différente, de pouvoir placer chaque chose, chaque élément, chaque acteur et chaque stratégie à sa place, à la place où ils doivent être, en toute évidence. Et de trancher sans se poser de question.

Ce procédé permet également de mener seul ses vrais combats : d’affronter ses peurs, de défier ses angoisses, de rétablir ses vérités, et de trouver non seulement la liberté d’agir, mais aussi de lever ses freins, et de pouvoir réellement le faire, en parfaite connaissance de cause.

Il offre d’utiliser une technique qui déblaie les doutes et les incertitudes, les blocages essentiels, en très peu de temps, pour peu qu’on accepte de les affronter et de les régler immédiatement une fois qu’ils sont décelés : et c’est là que ça se joue, car il s’agit d’un réflexe automatique qui est déjà dans l’ADN de tout décideur, de tout entrepreneur, de tout employeur ou de tout dirigeant dont les biens et le patrimoine dépendent directement de la résolution immédiate des problèmes qui se présentent.

Il ne suffit pas seulement de voir clair, mais d’avoir une certitude basée sur des évidences, ainsi que sur des convictions intimes, enfin éclaircies, et recontextualisées par soi-même dans ce travail.

C’est à vous qu’il appartient de les faire émerger, vous en avez le pouvoir : encore faut-il accepter de mettre en œuvre et d’activer cet outil et cette méthodologie très efficients pour mener à bien cet objectif.

Etes-vous prêt à les découvrir et les éprouver ?

Désirez-vous savoir pourquoi cela n’avait quasiment pas été utilisé en ce sens par des dirigeant-es jusqu’alors ?

C’est pourtant très simple, mais vous n’auriez jamais imaginé qu’ils puissent servir dans ce but, et que le dispositif mis en place soit justement fait pour que ce soit vous, et vous seul, qui meniez cette exploration. Ni que les premiers résultats puissent être si rapides et si efficaces.

Je peux tout vous expliquer, durant un entretien strictement confidentiel.

J’ai été salarié 22 ans, entrepreneur et employeur pendant 11 ans, et je suis passé comme vous, par toutes les phases que vous connaissez en tant que chef d’entreprise. Voire même plus loin dans certains cas. C’est pourquoi, comme vous, j’ai hésité et espéré, voulant éviter le pire à chaque moment décisif. En proie à d’innombrables réflexions.

Il est possible d’éviter ce pire, bien en amont de toute décision inutilement dilatoire, irréfléchie ou irrévocable.

C’est comme cela que j’ai découvert ce procédé, qui curieusement peut être appliqué avec succès à notre métier, métier si singulier qu’on ne peut le partager.

C’est si singulier et efficace que j’ai décidé non seulement de l’appliquer et de l’éprouver, mais ensuite d’en faire mon nouveau métier, depuis juin 2016, après 6 années d’études. Etudes que je poursuis encore et que je continuerai désormais jusqu’à la fin de ma vie professionnelle dans cette école qui m’a autorisé à expérimenter cette idée unique d’application aux dirigeants, entrepreneurs et chefs d’entreprise.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas le premier ou la première, c’est déjà éprouvé par plusieurs pionniers qui m’ont conforté et encouragé à déployer ce procédé suite aux bienfaits et aux résultats qu’ils en ont retiré.

Certains accepteront même, dans un cadre strictement confidentiel, de vous faire directement part de leur expérience, si vous le désirez. Sur simple demande.

Il vous suffit donc de m’appeler.

C’est tout.

Un seul et unique geste pour lever enfin le doute.

Maintenant. Tout simplement.

06 88 45 00 22

Frederic Duplessy

14 Novembre 2018

74% des chefs d’entreprise se sentent isolés (source BpiFrance). Et vous ?…🤔 Un chef d’entreprise ou un entrepreneur est constamment en insécurité, dans une obligation permanente d’action instantanée, réelle et tangible, de concrétisation immédiate :

De la congruence du transfert et de sa surprenante efficacité lorsqu’il est réalisé dans le champ singulier de la cure d’un entrepreneur ou d’un chef d’entreprise analysé par un psychanalyste lui-même issu de ce métier si spécifique qui s’applique pourtant à presque toutes les professions.

Comme le développe Gabriel Balbo dans son cours sur Le Transfert, tout discours écrit ou relaté par un analyste d’un cas ou d’une partie d’une analyse qu’il a conduite, ne peut faire l’économie de la description initiale du contexte du transfert, et de l’éventuel contre-transfert, qui s’est préalablement créé dans la cure qui est ainsi exposée, sans quoi ce discours et son objet perdent tout leur sens et deviennent donc de fait nuls et non avenus. C’est ainsi ce qu’il arrive dans nombre de recueils de ce genre, somme de vignettes cliniques n’exposant pas l’origine initiale du transfert opéré expliquant les origines des associations résultantes de l’expérience énoncée.

On en mesure l’importance lorsque ce transfert s’opère alors que l’analyste et l’analysant sont, ou ont été, tous deux chefs d’entreprise ou entrepreneurs et employeurs : tout est alors préalablement et implicitement déjà éprouvé et partagé, et la parole produite, ce qui se dit donc en séance, se situe alors très vite dans le champ direct de l’analyse, de l’association libre et des signifiants qui en découlent, permettant à l’analysant de mener sa cure en sachant de facto qu’il est inutile de résister aux associations proposées par l’analyste lorsqu’elles lui font écho. L’intérêt de ce cas spécifique réside aussi par le fait qu’un chef d’entreprise ou un entrepreneur est constamment en insécurité, dans une obligation permanente d’action et de réaction instantanée, de transformation réelle et tangible, ainsi que de concrétisation immédiate, dans l’ici et maintenant, le hic et nunc.

Il connaît donc ce temps simultané de la prise de conscience et de l’être, de l’action.

En cela s’opère alors du point de vue psychologique une véritable congruence, c’est-à-dire une correspondance entre l’expérience et la prise de conscience, qui survient juste après le processus analytique.

Cette congruence est alors confortée chez l’analysant par cette part de transfert implicite avec l’analyste dans leurs postures et expériences tant professionnelles que personnelles relevant d’une clinique commune vécue non pas en dehors du champ analytique, mais en dehors de la cure.

Ce dispositif provoque alors la résolution rapide entre deux consultations, par l’analysant, de cette production de tous les sujets et objets ainsi amenés par lui et analysés en séance.

Il en résulte que ce procédé permet de constituer un travail préalable offrant de déblayer rapidement les aspects factuels et le traitement en surface que concèdent les techniques et méthodologies de l’analyse ; aussi le cas échéant, l’analysant pourra décider en connaissance de cause de poursuivre sa démarche pour approfondir les premières révélations de ce qui constitue alors les prémisses de sa véritable cure psychanalytique.

 

Frédéric DUPLESSY 18 Août 2018

 

Comment faire ?

 

Les « entretiens privés » permettent de faire connaissance et d’exposer les grandes lignes de ce qui amène une interrogation, une réflexion, sur les incidences personnelles et professionnelles du moment qui posent question.

 

Les « entretiens privés » se déroulent en cabinet, ou en salon privé, lors d’un tête-à-tête ou d’un déjeuner strictement confidentiel, dans un lieu protégé et feutré, particulièrement choisi pour sa discrétion.

 

Les « entretiens privés » permettent, en amont d’une consultation préalable, de voir s’il est judicieux, au regard de ses propres interrogations et des évènements intimes ou professionnels du moment, de s’engager dans un processus et une méthodologie active pour effectuer le plus rapidement possible des changements profonds et durables grâce à un outil, – aussi surprenant cela soit’ il -, particulièrement adapté, – au masculin comme au féminin -, au chef d’entreprise, au dirigeant, à l’entrepreneur.

 

Pour convenir d’une date et d’un lieu, un appel suffit, il est donc strictement confidentiel et ponctuel. Au besoin, l’anonymat peut être préservé.

 

Il vous est également possible de souscrire à l’une des permanences organisées selon les modalités précitées, dans un cadre privé, confidentiel et individuel, près de chez vous.